sn.haerentanimo.net
Nouvelles recettes

Découvrez à quoi ressemble la ferme à la table à New York (diaporama)

Découvrez à quoi ressemble la ferme à la table à New York (diaporama)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Du jardin de Riverpark à une entrée, une boisson et un dessert

Jane Bruce

Alors que de nombreux restaurants de la ville de New York sont fiers de s'approvisionner en produits locaux dans les fermes de Long Island ou du New Jersey, peu peuvent dire qu'ils s'approvisionnent dans leur propre arrière-cour.

Découvrez à quoi ressemble la ferme à la table à New York

Jane Bruce

Alors que de nombreux restaurants de la ville de New York sont fiers de s'approvisionner en produits locaux dans les fermes de Long Island ou du New Jersey, peu peuvent dire qu'ils s'approvisionnent dans leur propre arrière-cour.

Les joueurs

Jane Bruce

Le fermier Zack Pickens, le chef exécutif Bryan Hunt et le chef pâtissier Geoffrey Koo se tiennent tous dans le jardin Riverpark.

Cerises De Terre

Jane Bruce

Cueillette de fourrages pour les cerises de terre qui sont tombées de la vigne dans le jardin.

Citron Verveine

Jane Bruce

La générosité de la verveine citronnelle de la ferme attend d'être emportée dans la cuisine.

Petites tomates

Jane Bruce

Une cerise de terre est accrochée à la plante avec la ville en toile de fond.

Zach Pickens

Jane Bruce

Pickens, directeur de ferme à Riverpark, a toujours travaillé dans l'agriculture. Avant Riverpark, il gérait divers marchés de producteurs gérés par des jeunes dans les arrondissements périphériques et développait des programmes de jardinage dans les écoles. Il est maître composteur certifié et a fondé l'entreprise Graines prêtes pour le toit, une entreprise d'emballage de semences adaptée aux jardiniers urbains de New York.

Les biens

Jane Bruce

Verveine citronnée, tomatilles et plus attendent d'être préparés dans la cuisine.

Burrata

Jane Bruce

Le chef Hunt garnit la burrata d'une vinaigrette à la verveine citronnée.

Laitues et légumes verts de la ferme

Jane Bruce

Le chef Hunt prépare les légumes du jardin.

Dessert à l'assiette

Jane Bruce

Le chef Koo ajoute un peu de garniture à son dessert de choux à la crème au basilic.

Cocktails

Jane Bruce

À gauche, Tom's Daughter, à base de seigle Rittenhouse, de Chartreuse jaune, de miel, de verveine citronnelle et de tomate cerise, et à droite, The Plant's Physician, à base de vodka infusée de camomille de jardin, de Lillet Blanc et de citron.

Burrata au lait de buffle

Jane Bruce

La burrata au lait de bufflonne est garnie de tomatilles violettes, de cerises de terre et de vinaigrette à la verveine citronnée.

Laitues et légumes verts de la ferme

Jane Bruce

La grande salade est garnie de légumes marinés et d'une vinaigrette au champagne.

Choux à la crème au basilic

Jane Bruce

Les choux à la crème sont servis avec des fraises fermières, un granola maison au sésame noir et un sorbet à la fraise.


La transition folle de Molly Yeh de l'appartement de Brooklyn à la ferme du Minnesota

À New York, je vivais dans un brownstone à Boerum Hill avec deux colocataires. J'étais au deuxième étage au premier étage que nous avions sur la cuisine ouverte, et finalement nous avions un piano. Comparé à mon ancien appartement de l'Upper West Side, cet endroit était un palace : c'était immense, il y avait de grandes fenêtres, il faisait beau. J'avais l'impression d'être chez moi, alors que mon appartement dans l'Upper West Side ressemblait à un endroit où dormir la nuit. Mais déménager à Brooklyn a été le début de la fin de mon séjour à New York.

Pour la première fois, j'avais cet endroit pour cuisiner et créer. Un endroit où je voulais être à l'intérieur le week-end. Tout le temps que je vivais à Manhattan et que j'allais à l'école, je voulais juste sortir - au restaurant, aux concerts et aux spectacles - et profiter de la ville. Quand je suis arrivé à Brooklyn, j'étais comme, wow, je veux créer une maison et rester le week-end et cuisiner et ne pas sortir. Le timing était tel que j'ai commencé à sortir avec mon mari actuel, Nick, peu de temps après avoir emménagé là-bas. Nous faisions des choses comme rester un vendredi soir et commander la pizza Domino et regarder Netflix et nous nous sommes dit : "Pourquoi faisons-nous cela, et si loin de nos familles et en payant les prix de New York ?"

Je suis rentré à la maison pour Pessah – cela aurait été en 2013 – pour un week-end. Ma mère vivait alors dans la banlieue de Chicago. Une nuit, je suis allé chez mon ami et nous nous sommes juste assis sur le canapé et avons fait nos ongles et regardé la télévision. C'était la nuit la plus froide de tous les temps. Il m'est venu à l'esprit que ce n'était pas quelque chose que vous faites à New York. Nick m'a rencontré à l'aéroport et je me souviens être descendu de l'escalator et les premiers mots de ma bouche ont été "Je veux quitter New York", et les premiers mots de sa bouche ont été "Je veux aussi quitter New York". était la première conversation.

Un jour, nous avons pris un train en dehors de la ville pour faire de la randonnée. Nous étions dans la nature et nous nous sentions vraiment libres et détendus. Pendant tout ce temps, nous parlions de nos options et de ce que nous aimerions si nous déménageions dans la ferme où il a grandi à la frontière entre le Minnesota et le Dakota du Nord. J'avais toutes ces questions à ce sujet : où vivrions-nous ? A quoi ressembleraient nos journées ? Comment est la ville ? Est-ce comme Stars Hollow sur Filles Gilmore? Et il était comme, oui, c'est fondamentalement.

Nous y sommes allés en juillet de cette année-là. J'ai jeté un coup d'œil autour de moi et je me suis dit, d'accord, ça a l'air bien. Cent pour cent censé être, 100 pour cent le genre de chose pour laquelle nous étions prêts. À un moment donné, nous nous sommes dit, donnons-lui une autre année à New York. C'était en partie parce que je ne voulais pas quitter mon travail - j'aimais mon travail, j'aimais mes patrons. Mais c'est à ce moment-là que les nuits blanches ont commencé et j'ai pensé, non, je ne vais pas donner une autre année.

Nous sommes retournés à New York, mais ce n'est qu'un mois plus tard que nous nous sommes rendus à Grand Forks. Nous ne voulions pas perdre de temps à ce moment-là. C'était vraiment triste de dire au revoir à mes amis et à mes restaurants préférés et tout ça, mais une chose énorme était Internet. Je pense tout le temps à la façon dont ce mouvement aurait été si différent sans Internet. Cela m'a empêché de paniquer totalement.

Pendant les deux premières semaines, nous avons vécu chez les parents de Nick, donc ce n'était pas une situation désastreuse. Nous avions ses parents là-bas et il allait être agriculteur. Mais c'était génial que j'aie pu trouver un emploi à la boulangerie de la ville. Je savais dans ma tête que j'aurais beaucoup de temps pour travailler sur mon blog, mais je cherchais aussi des choses à faire à Grand Forks. Je n'ai même pas rencontré les propriétaires en personne. Tout le monde connaît tout le monde, je pense que ma belle-mère a passé un coup de fil. Ils ont dit que je pourrais commencer à travailler là-bas quand j'aurais déménagé.

Trouver un appartement à Grand Forks par rapport à trouver un appartement à New York, vous n'avez jamais rien vu de tel. Je ne pense pas que nous ayons même signé quoi que ce soit. Nous avons dit que nous le prendrions et nous avons payé le premier mois de loyer. Impossible de trouver votre acte de naissance et votre carte de sécurité sociale, de lutter avec le propriétaire, de prier et de croiser les doigts.

Je me souviens avoir aimé tout l'espace dont nous disposions et avoir l'impression de vivre dans un palais. Sachant que nous ne ferions plus de déplacements à travers le pays de si tôt, nous pourrions investir dans certaines pièces. Nous avons eu un lit king-size au lieu du petit lit double que j'avais à Brooklyn.

Le pire, c'est qu'il n'y a pas d'IKEA par ici. Nous devions vraiment suivre la voie de la vieille école et aller chez Ashley Furniture HomeStore. Nous avions également ce superbe canapé fleuri orange des années 1960 du sous-sol de la grand-mère de Nick, et Nick a fabriqué des tables avec des morceaux de bois et un chevalet.

Molly, loin de New York.

Photo : Chantell Quernemoen

Environ huit mois plus tard, nous avons emménagé dans l'ancienne ferme de la grand-mère de Nick. Cet hiver et ce printemps-là, nous avons fait quelques mises à jour : nous avons enlevé le papier peint, nous avons recouvert les sols en linoléum jaune et égayé l'endroit. Nous avons déménagé en avril.

Avant de commencer à sortir avec Nick, j'ai toujours pensé que je voulais finir avec quelqu'un avec qui je pourrais être piégé sur une île déserte et passer un très bon moment. Et être dans une ferme dans le haut Midwest, c'est comme être sur une île déserte. Nous sommes tous les deux des gens très faciles à vivre, c'est génial. Je pense que le plus grand ajustement a été de s'adapter à ses heures en tant qu'agriculteur. Mais nous sommes tous les deux si heureux d'être ici et il est si heureux de travailler avec son père à la ferme.


La transition folle de Molly Yeh de l'appartement de Brooklyn à la ferme du Minnesota

À New York, je vivais dans un brownstone à Boerum Hill avec deux colocataires. J'étais au deuxième étage au premier étage que nous avions sur la cuisine ouverte, et finalement nous avions un piano. Comparé à mon ancien appartement de l'Upper West Side, cet endroit était un palace : c'était immense, il y avait de grandes fenêtres, il faisait beau. J'avais l'impression d'être chez moi, alors que mon appartement dans l'Upper West Side ressemblait à un endroit où dormir la nuit. Mais déménager à Brooklyn a été le début de la fin de mon séjour à New York.

Pour la première fois, j'avais cet endroit pour cuisiner et créer. Un endroit où je voulais être à l'intérieur le week-end. Tout le temps que je vivais à Manhattan et que j'allais à l'école, je voulais juste sortir - au restaurant, aux concerts et aux spectacles - et profiter de la ville. Quand je suis arrivé à Brooklyn, j'étais comme, wow, je veux créer une maison et rester le week-end et cuisiner et ne pas sortir. Le timing était tel que j'ai commencé à sortir avec mon mari actuel, Nick, peu de temps après avoir emménagé là-bas. Nous faisions des choses comme rester un vendredi soir et commander la pizza Domino et regarder Netflix et nous nous disions : "Pourquoi faisons-nous cela, et si loin de nos familles et en payant les prix de New York ?"

Je suis rentré à la maison pour Pessa'h – cela aurait été en 2013 – pour un week-end. Ma mère vivait alors dans la banlieue de Chicago. Une nuit, je suis allé chez mon ami et nous nous sommes juste assis sur le canapé et avons fait nos ongles et regardé la télévision. C'était la nuit la plus froide de tous les temps. Il m'est venu à l'esprit que ce n'était pas quelque chose que vous faites à New York. Nick m'a rencontré à l'aéroport et je me souviens être descendu de l'escalator et les premiers mots de ma bouche ont été "Je veux quitter New York", et les premiers mots de sa bouche ont été "Je veux aussi quitter New York". était la première conversation.

Un jour, nous avons pris un train en dehors de la ville pour faire de la randonnée. Nous étions dans la nature et nous nous sentions vraiment libres et détendus. Pendant tout ce temps, nous parlions de nos options et de ce que nous aimerions si nous déménageions dans la ferme où il a grandi à la frontière entre le Minnesota et le Dakota du Nord. J'avais toutes ces questions à ce sujet : où vivrions-nous ? A quoi ressembleraient nos journées ? Comment est la ville ? Est-ce comme Stars Hollow sur Filles Gilmore? Et il était comme, oui, c'est fondamentalement.

Nous y sommes allés en juillet de cette année-là. J'ai jeté un coup d'œil autour de moi et je me suis dit, d'accord, ça a l'air bien. Cent pour cent censé être, 100 pour cent le genre de chose pour laquelle nous étions prêts. À un moment donné, nous nous sommes dit, donnons-lui une autre année à New York. C'était en partie parce que je ne voulais pas quitter mon travail - j'aimais mon travail, j'aimais mes patrons. Mais c'est à ce moment-là que les nuits blanches ont commencé et j'ai pensé, non, je ne vais pas donner une autre année.

Nous sommes retournés à New York, mais ce n'est qu'un mois plus tard que nous nous sommes rendus à Grand Forks. Nous ne voulions pas perdre de temps à ce moment-là. C'était vraiment triste de dire au revoir à mes amis et à mes restaurants préférés et tout ça, mais une chose énorme était Internet. Je pense tout le temps à la façon dont ce mouvement aurait été si différent sans Internet. Cela m'a empêché de paniquer totalement.

Pendant les deux premières semaines, nous avons vécu chez les parents de Nick, donc ce n'était pas une situation désastreuse. Nous avions ses parents là-bas et il allait être agriculteur. Mais c'était génial que j'aie pu trouver un emploi à la boulangerie de la ville. Je savais dans ma tête que j'aurais beaucoup de temps pour travailler sur mon blog, mais je cherchais aussi des choses à faire à Grand Forks. Je n'ai même pas rencontré les propriétaires en personne. Tout le monde connaît tout le monde, je pense que ma belle-mère a passé un coup de fil. Ils ont dit que je pourrais commencer à travailler là-bas quand j'aurais déménagé.

Trouver un appartement à Grand Forks par rapport à trouver un appartement à New York, vous n'avez jamais rien vu de tel. Je ne pense pas que nous ayons même signé quoi que ce soit. Nous avons dit que nous le prendrions et nous avons payé le premier mois de loyer. Impossible de trouver votre acte de naissance et votre carte de sécurité sociale, de lutter avec le propriétaire, de prier et de croiser les doigts.

Je me souviens avoir aimé tout l'espace dont nous disposions et avoir l'impression de vivre dans un palais. Sachant que nous ne ferions plus de déplacements à travers le pays de si tôt, nous pourrions investir dans certaines pièces. Nous avons eu un lit king-size au lieu du petit lit double que j'avais à Brooklyn.

Le pire, c'est qu'il n'y a pas d'IKEA par ici. Nous devions vraiment suivre la voie de la vieille école et aller chez Ashley Furniture HomeStore. Nous avons également eu ce super canapé fleuri orange des années 1960 du sous-sol de la grand-mère de Nick, et Nick a fabriqué des tables avec des morceaux de bois et un chevalet.

Molly, loin de New York.

Photo : Chantell Quernemoen

Environ huit mois plus tard, nous avons emménagé dans l'ancienne ferme de la grand-mère de Nick. Cet hiver et ce printemps-là, nous avons fait quelques mises à jour : nous avons enlevé le papier peint, nous avons recouvert les sols en linoléum jaune et égayé l'endroit. Nous avons déménagé en avril.

Avant de commencer à sortir avec Nick, j'ai toujours pensé que je voulais finir avec quelqu'un avec qui je pourrais être piégé sur une île déserte et passer un très bon moment. Et être dans une ferme dans le haut Midwest, c'est comme être sur une île déserte. Nous sommes tous les deux des gens très faciles à vivre, c'est génial. Je pense que le plus grand ajustement a été de s'adapter à ses heures d'agriculteur. Mais nous sommes tous les deux si heureux d'être ici et il est si heureux de travailler avec son père à la ferme.


La transition folle de Molly Yeh de l'appartement de Brooklyn à la ferme du Minnesota

À New York, je vivais dans un brownstone à Boerum Hill avec deux colocataires. J'étais au deuxième étage au premier étage que nous avions sur la cuisine ouverte, et finalement nous avions un piano. Comparé à mon ancien appartement de l'Upper West Side, cet endroit était un palace : c'était immense, il y avait de grandes fenêtres, il faisait beau. J'avais l'impression d'être chez moi, alors que mon appartement dans l'Upper West Side ressemblait à un endroit où dormir la nuit. Mais déménager à Brooklyn a été le début de la fin de mon séjour à New York.

Pour la première fois, j'avais cet endroit pour cuisiner et créer. Un endroit où je voulais être à l'intérieur le week-end. Tout le temps que je vivais à Manhattan et que j'allais à l'école, je voulais juste sortir - au restaurant, aux concerts et aux spectacles - et profiter de la ville. Quand je suis arrivé à Brooklyn, j'étais comme, wow, je veux créer une maison et rester le week-end et cuisiner et ne pas sortir. Le timing était tel que j'ai commencé à sortir avec mon mari actuel, Nick, peu de temps après avoir emménagé là-bas. Nous faisions des choses comme rester un vendredi soir et commander la pizza Domino et regarder Netflix et nous nous sommes dit : "Pourquoi faisons-nous cela, et si loin de nos familles et en payant les prix de New York ?"

Je suis rentré à la maison pour Pessa'h – cela aurait été en 2013 – pour un week-end. Ma mère vivait alors dans la banlieue de Chicago. Une nuit, je suis allé chez mon ami et nous nous sommes juste assis sur le canapé et avons fait nos ongles et regardé la télévision. C'était la nuit la plus froide de tous les temps. Il m'est venu à l'esprit que ce n'était pas quelque chose que vous faites à New York. Nick m'a rencontré à l'aéroport et je me souviens être descendu de l'escalator et les premiers mots de ma bouche étaient "Je veux quitter New York", et les premiers mots de sa bouche étaient "Je veux aussi quitter New York". était la première conversation.

Un jour, nous avons pris un train en dehors de la ville pour faire de la randonnée. Nous étions dans la nature et nous nous sentions vraiment libres et détendus. Pendant tout ce temps, nous parlions de nos options et de ce que nous aimerions si nous déménageions dans la ferme où il a grandi à la frontière entre le Minnesota et le Dakota du Nord. J'avais toutes ces questions à ce sujet : où vivrions-nous ? A quoi ressembleraient nos journées ? Comment est la ville ? Est-ce comme Stars Hollow sur Filles Gilmore? Et il était comme, oui, c'est fondamentalement.

Nous y sommes allés en juillet de cette année-là. J'ai jeté un coup d'œil autour de moi et je me suis dit, d'accord, ça a l'air bien. Cent pour cent censé être, 100 pour cent le genre de chose pour laquelle nous étions prêts. À un moment donné, nous nous sommes dit, donnons-lui une autre année à New York. C'était en partie parce que je ne voulais pas quitter mon travail - j'aimais mon travail, j'aimais mes patrons. Mais c'est à ce moment-là que les nuits blanches ont commencé et j'ai pensé, non, je ne vais pas donner une autre année.

Nous sommes retournés à New York, mais c'est au bout d'un mois que nous nous sommes rendus à Grand Forks. Nous ne voulions pas perdre de temps à ce moment-là. C'était vraiment triste de dire au revoir à mes amis et à mes restaurants préférés et tout ça, mais une chose énorme était Internet. Je pense tout le temps à la façon dont ce mouvement aurait été si différent sans Internet. Cela m'a empêché de paniquer totalement.

Pendant les deux premières semaines, nous avons vécu chez les parents de Nick, donc ce n'était pas une situation désastreuse. Nous avions ses parents là-bas et il allait être agriculteur. Mais c'était génial que j'aie pu trouver un emploi à la boulangerie de la ville. Je savais dans ma tête que j'aurais beaucoup de temps pour travailler sur mon blog, mais je cherchais aussi des choses à faire à Grand Forks. Je n'ai même pas rencontré les propriétaires en personne. Tout le monde connaît tout le monde, je pense que ma belle-mère a passé un coup de fil. Ils ont dit que je pourrais commencer à travailler là-bas quand j'aurais déménagé.

Trouver un appartement à Grand Forks par rapport à trouver un appartement à New York, vous n'avez jamais rien vu de tel. Je ne pense pas que nous ayons même signé quoi que ce soit. Nous avons dit que nous le prendrions et nous avons payé le premier mois de loyer. Impossible de trouver votre acte de naissance et votre carte de sécurité sociale, de lutter avec le propriétaire, de prier et de croiser les doigts.

Je me souviens avoir aimé tout l'espace dont nous disposions et avoir l'impression de vivre dans un palais. Sachant que nous ne ferions plus de déplacements à travers le pays de si tôt, nous pourrions investir dans certaines pièces. Nous avons eu un lit king-size au lieu du petit lit double que j'avais à Brooklyn.

Le pire, c'est qu'il n'y a pas d'IKEA par ici. Nous devions vraiment suivre la voie de la vieille école et aller chez Ashley Furniture HomeStore. Nous avons également eu ce super canapé fleuri orange des années 1960 du sous-sol de la grand-mère de Nick, et Nick a fabriqué des tables avec des morceaux de bois et un chevalet.

Molly, loin de New York.

Photo : Chantell Quernemoen

Environ huit mois plus tard, nous avons emménagé dans l'ancienne ferme de la grand-mère de Nick. Cet hiver et ce printemps-là, nous avons fait quelques mises à jour : nous avons enlevé le papier peint, nous avons recouvert les sols en linoléum jaune et égayé l'endroit. Nous avons déménagé en avril.

Avant de commencer à sortir avec Nick, j'ai toujours pensé que je voulais finir avec quelqu'un avec qui je pourrais être piégé sur une île déserte et passer un très bon moment. Et être dans une ferme dans le haut Midwest, c'est comme être sur une île déserte. Nous sommes tous les deux des gens très faciles à vivre, c'est génial. Je pense que le plus grand ajustement a été de s'adapter à ses heures en tant qu'agriculteur. Mais nous sommes tous les deux si heureux d'être ici et il est si heureux de travailler avec son père à la ferme.


La transition folle de Molly Yeh de l'appartement de Brooklyn à la ferme du Minnesota

À New York, je vivais dans un brownstone à Boerum Hill avec deux colocataires. J'étais au deuxième étage au premier étage que nous avions sur la cuisine ouverte, et finalement nous avions un piano. Comparé à mon ancien appartement de l'Upper West Side, cet endroit était un palace : c'était immense, il y avait de grandes fenêtres, il faisait beau. J'avais l'impression d'être chez moi, alors que mon appartement dans l'Upper West Side ressemblait à un endroit où dormir la nuit. Mais déménager à Brooklyn a été le début de la fin de mon séjour à New York.

Pour la première fois, j'avais cet endroit pour cuisiner et créer. Un endroit où je voulais être à l'intérieur le week-end. Tout le temps que je vivais à Manhattan et que j'allais à l'école, je voulais juste sortir - au restaurant, aux concerts et aux spectacles - et profiter de la ville. Quand je suis arrivé à Brooklyn, j'étais comme, wow, je veux créer une maison et rester le week-end et cuisiner et ne pas sortir. Le timing était tel que j'ai commencé à sortir avec mon mari actuel, Nick, peu de temps après avoir emménagé là-bas. Nous faisions des choses comme rester un vendredi soir et commander la pizza Domino et regarder Netflix et nous nous sommes dit : "Pourquoi faisons-nous cela, et si loin de nos familles et en payant les prix de New York ?"

Je suis rentré à la maison pour Pessa'h – cela aurait été en 2013 – pour un week-end. Ma mère vivait alors dans la banlieue de Chicago. Une nuit, je suis allé chez mon ami et nous nous sommes juste assis sur le canapé et avons fait nos ongles et regardé la télévision. C'était la nuit la plus froide de tous les temps. Il m'est venu à l'esprit que ce n'était pas quelque chose que vous faites à New York. Nick m'a rencontré à l'aéroport et je me souviens être descendu de l'escalator et les premiers mots de ma bouche ont été "Je veux quitter New York", et les premiers mots de sa bouche ont été "Je veux aussi quitter New York". était la première conversation.

Un jour, nous avons pris un train en dehors de la ville pour faire de la randonnée. Nous étions dans la nature et nous nous sentions vraiment libres et détendus. Pendant tout ce temps, nous parlions de nos options et de ce que nous aimerions si nous déménageions dans la ferme où il a grandi à la frontière entre le Minnesota et le Dakota du Nord. J'avais toutes ces questions à ce sujet : où vivrions-nous ? A quoi ressembleraient nos journées ? Comment est la ville ? Est-ce comme Stars Hollow sur Filles Gilmore? Et il était comme, oui, c'est fondamentalement.

Nous y sommes allés en juillet de cette année-là. J'ai jeté un coup d'œil autour de moi et je me suis dit, d'accord, ça a l'air bien. Cent pour cent censé être, 100 pour cent le genre de chose pour laquelle nous étions prêts. À un moment donné, nous nous sommes dit, donnons-lui une autre année à New York. C'était en partie parce que je ne voulais pas quitter mon travail - j'aimais mon travail, j'aimais mes patrons. Mais c'est à ce moment-là que les nuits blanches ont commencé et j'ai pensé, non, je ne vais pas donner une autre année.

Nous sommes retournés à New York, mais c'est au bout d'un mois que nous nous sommes rendus à Grand Forks. Nous ne voulions pas perdre de temps à ce moment-là. C'était vraiment triste de dire au revoir à mes amis et à mes restaurants préférés et tout ça, mais une chose énorme était Internet. Je pense tout le temps à la façon dont ce mouvement aurait été si différent sans Internet. Cela m'a empêché de paniquer totalement.

Pendant les deux premières semaines, nous avons vécu chez les parents de Nick, donc ce n'était pas une situation désastreuse. Nous avions ses parents là-bas et il allait être agriculteur. Mais c'était génial que j'aie pu trouver un emploi à la boulangerie de la ville. Je savais dans ma tête que j'aurais beaucoup de temps pour travailler sur mon blog, mais je cherchais aussi des choses à faire à Grand Forks. Je n'ai même pas rencontré les propriétaires en personne. Tout le monde connaît tout le monde, je pense que ma belle-mère a passé un coup de fil. Ils ont dit que je pourrais commencer à travailler là-bas quand j'aurais déménagé.

Trouver un appartement à Grand Forks par rapport à trouver un appartement à New York, vous n'avez jamais rien vu de tel. Je ne pense pas que nous ayons même signé quoi que ce soit. Nous avons dit que nous le prendrions et nous avons payé le premier mois de loyer. Impossible de trouver votre acte de naissance et votre carte de sécurité sociale, de lutter avec le propriétaire, de prier et de croiser les doigts.

Je me souviens avoir aimé tout l'espace dont nous disposions et avoir l'impression de vivre dans un palais. Sachant que nous ne ferions plus de déplacements à travers le pays de si tôt, nous pourrions investir dans certaines pièces. Nous avons eu un lit king-size au lieu du petit lit double que j'avais à Brooklyn.

Le pire, c'est qu'il n'y a pas d'IKEA par ici. Nous devions vraiment suivre la voie de la vieille école et aller chez Ashley Furniture HomeStore. Nous avons également eu ce super canapé fleuri orange des années 1960 du sous-sol de la grand-mère de Nick, et Nick a fabriqué des tables avec des morceaux de bois et un chevalet.

Molly, loin de New York.

Photo : Chantell Quernemoen

Environ huit mois plus tard, nous avons emménagé dans l'ancienne ferme de la grand-mère de Nick. Cet hiver et ce printemps-là, nous avons fait quelques mises à jour : nous avons enlevé le papier peint, nous avons recouvert les sols en linoléum jaune et égayé l'endroit. Nous avons déménagé en avril.

Avant de commencer à sortir avec Nick, j'ai toujours pensé que je voulais finir avec quelqu'un avec qui je pourrais être piégé sur une île déserte et passer un très bon moment. Et être dans une ferme dans le haut Midwest, c'est comme être sur une île déserte. Nous sommes tous les deux des gens très faciles à vivre, c'est génial. Je pense que le plus grand ajustement a été de s'adapter à ses heures en tant qu'agriculteur. Mais nous sommes tous les deux si heureux d'être ici et il est si heureux de travailler avec son père à la ferme.


La transition folle de Molly Yeh de l'appartement de Brooklyn à la ferme du Minnesota

À New York, je vivais dans un brownstone à Boerum Hill avec deux colocataires. J'étais au deuxième étage au premier étage que nous avions sur la cuisine ouverte, et finalement nous avions un piano. Comparé à mon ancien appartement de l'Upper West Side, cet endroit était un palace : c'était immense, il y avait de grandes fenêtres, il faisait beau. J'avais l'impression d'être chez moi, alors que mon appartement dans l'Upper West Side ressemblait à un endroit où dormir la nuit. Mais déménager à Brooklyn a été le début de la fin de mon séjour à New York.

Pour la première fois, j'avais cet endroit pour cuisiner et créer. Un endroit où je voulais être à l'intérieur le week-end. Tout le temps que je vivais à Manhattan et que j'allais à l'école, je voulais juste sortir - au restaurant, aux concerts et aux spectacles - et profiter de la ville. Quand je suis arrivé à Brooklyn, j'étais comme, wow, je veux créer une maison et rester le week-end et cuisiner et ne pas sortir. Le timing était tel que j'ai commencé à sortir avec mon mari actuel, Nick, peu de temps après avoir emménagé là-bas. Nous faisions des choses comme rester un vendredi soir et commander la pizza Domino et regarder Netflix et nous nous sommes dit : "Pourquoi faisons-nous cela, et si loin de nos familles et en payant les prix de New York ?"

Je suis rentré à la maison pour Pessah – cela aurait été en 2013 – pour un week-end. Ma mère vivait alors dans la banlieue de Chicago. Une nuit, je suis allé chez mon ami et nous nous sommes juste assis sur le canapé et avons fait nos ongles et regardé la télévision. C'était la nuit la plus froide de tous les temps. Il m'est venu à l'esprit que ce n'était pas quelque chose que vous faites à New York. Nick m'a rencontré à l'aéroport et je me souviens être descendu de l'escalator et les premiers mots de ma bouche ont été "Je veux quitter New York", et les premiers mots de sa bouche ont été "Je veux aussi quitter New York". était la première conversation.

Un jour, nous avons pris un train en dehors de la ville pour faire de la randonnée. Nous étions dans la nature et nous nous sentions vraiment libres et détendus. Pendant tout ce temps, nous parlions de nos options et de ce que nous aimerions si nous déménageions dans la ferme où il a grandi à la frontière entre le Minnesota et le Dakota du Nord. J'avais toutes ces questions à ce sujet : où vivrions-nous ? A quoi ressembleraient nos journées ? Comment est la ville ? Est-ce comme Stars Hollow sur Filles Gilmore? Et il était comme, oui, c'est fondamentalement.

Nous y sommes allés en juillet de cette année-là. J'ai jeté un coup d'œil autour de moi et je me suis dit, d'accord, ça a l'air bien. Cent pour cent censé être, 100 pour cent le genre de chose pour laquelle nous étions prêts. À un moment donné, nous nous sommes dit, donnons-lui une autre année à New York. C'était en partie parce que je ne voulais pas quitter mon travail - j'aimais mon travail, j'aimais mes patrons. Mais c'est à ce moment-là que les nuits blanches ont commencé et j'ai pensé, non, je ne vais pas donner une autre année.

Nous sommes retournés à New York, mais ce n'est qu'un mois plus tard que nous nous sommes rendus à Grand Forks. Nous ne voulions pas perdre de temps à ce moment-là. C'était vraiment triste de dire au revoir à mes amis et à mes restaurants préférés et tout ça, mais une chose énorme était Internet. Je pense tout le temps à la façon dont ce mouvement aurait été si différent sans Internet. Cela m'a empêché de paniquer totalement.

Pendant les deux premières semaines, nous avons vécu chez les parents de Nick, donc ce n'était pas une situation désastreuse. Nous avions ses parents là-bas et il allait être agriculteur. Mais c'était génial que j'aie pu trouver un emploi à la boulangerie de la ville. Je savais dans ma tête que j'aurais beaucoup de temps pour travailler sur mon blog, mais je cherchais aussi des choses à faire à Grand Forks. Je n'ai même pas rencontré les propriétaires en personne. Tout le monde connaît tout le monde, je pense que ma belle-mère a passé un coup de fil. Ils ont dit que je pourrais commencer à travailler là-bas quand j'aurais déménagé.

Trouver un appartement à Grand Forks par rapport à trouver un appartement à New York, vous n'avez jamais rien vu de tel. Je ne pense pas que nous ayons même signé quoi que ce soit. Nous avons dit que nous le prendrions et nous avons payé le premier mois de loyer. Impossible de trouver votre acte de naissance et votre carte de sécurité sociale, de lutter avec le propriétaire, de prier et de croiser les doigts.

Je me souviens avoir aimé tout l'espace dont nous disposions et avoir l'impression de vivre dans un palais. Sachant que nous ne ferions plus de déplacements à travers le pays de si tôt, nous pourrions investir dans certaines pièces. Nous avons eu un lit king-size au lieu du petit lit double que j'avais à Brooklyn.

Le pire, c'est qu'il n'y a pas d'IKEA par ici. Nous devions vraiment suivre la voie de la vieille école et aller chez Ashley Furniture HomeStore. Nous avons également eu ce super canapé fleuri orange des années 1960 du sous-sol de la grand-mère de Nick, et Nick a fabriqué des tables avec des morceaux de bois et un chevalet.

Molly, loin de New York.

Photo : Chantell Quernemoen

Environ huit mois plus tard, nous avons emménagé dans l'ancienne ferme de la grand-mère de Nick. Cet hiver et ce printemps-là, nous avons fait quelques mises à jour : nous avons enlevé le papier peint, nous avons recouvert les sols en linoléum jaune et égayé l'endroit. Nous avons déménagé en avril.

Avant de commencer à sortir avec Nick, j'ai toujours pensé que je voulais finir avec quelqu'un avec qui je pourrais être piégé sur une île déserte et passer un très bon moment. Et être dans une ferme dans le haut Midwest, c'est comme être sur une île déserte. Nous sommes tous les deux des gens très faciles à vivre, c'est génial. Je pense que le plus grand ajustement a été de s'adapter à ses heures d'agriculteur. Mais nous sommes tous les deux si heureux d'être ici et il est si heureux de travailler avec son père à la ferme.


La transition folle de Molly Yeh de l'appartement de Brooklyn à la ferme du Minnesota

À New York, je vivais dans un brownstone à Boerum Hill avec deux colocataires. J'étais au deuxième étage au premier étage que nous avions sur la cuisine ouverte, et finalement nous avions un piano. Comparé à mon ancien appartement de l'Upper West Side, cet endroit était un palace : c'était immense, il y avait de grandes fenêtres, il faisait beau. J'avais l'impression d'être chez moi, alors que mon appartement dans l'Upper West Side ressemblait à un endroit où dormir la nuit. Mais déménager à Brooklyn a été le début de la fin de mon séjour à New York.

Pour la première fois, j'avais cet endroit pour cuisiner et créer. Un endroit où je voulais être à l'intérieur le week-end. Tout le temps que je vivais à Manhattan et que j'allais à l'école, je voulais juste sortir - au restaurant, aux concerts et aux spectacles - et profiter de la ville. Quand je suis arrivé à Brooklyn, j'étais comme, wow, je veux créer une maison et rester le week-end et cuisiner et ne pas sortir. Le timing était tel que j'ai commencé à sortir avec mon mari actuel, Nick, peu de temps après avoir emménagé là-bas. Nous faisions des choses comme rester un vendredi soir et commander la pizza Domino et regarder Netflix et nous nous sommes dit : "Pourquoi faisons-nous cela, et si loin de nos familles et en payant les prix de New York ?"

Je suis rentré à la maison pour Pessa'h – cela aurait été en 2013 – pour un week-end. Ma mère vivait alors dans la banlieue de Chicago. Une nuit, je suis allé chez mon ami et nous nous sommes juste assis sur le canapé et avons fait nos ongles et regardé la télévision. C'était la nuit la plus froide de tous les temps. Il m'est venu à l'esprit que ce n'était pas quelque chose que vous faites à New York. Nick met me at the airport and I remember coming down the escalator and the first words out of my mouth were "I want to leave New York," and the first words out of his mouth were "I want to leave New York, too." That was the first conversation.

One day, we took a train outside the city to go hiking. We were in nature and just feeling really free and relaxed. The entire time we were talking about what our options were and what it would like like if we moved to the farm where he grew up on the Minnesota/North Dakota border. I had all these questions about it: Where would we live? What would our days look like? What’s the town like? Is it like Stars Hollow on Filles Gilmore? And he was like, yes, it basically is.

We went out there in July of that year. I took one look around and I was like, okay, this looks good. One hundred percent meant to be, 100 percent the type of thing we were ready for. At one point we told ourselves, let’s give it another year in New York. Part of that was I didn’t want to quit my job—I loved my job, I loved my bosses. But that’s when the sleepless nights started and I thought, no, I'm not going to give another year.

We went back to New York, but it was within a month that we were driving to Grand Forks. We didn’t want to waste time at that point. It was definitely sad to say goodbye to friends and to my favorite restaurants and stuff, but one huge thing was the internet. I think all the time about how this move would’ve been so different without the internet. That kept me from totally freaking out.

For the first couple of weeks, we lived at Nick’s parents' house, so it wasn't a dire situation. We had his parents there and he was going to be farming. But it was great that I was able to get a job at the bakery in town. I knew in my mind that I would have a lot of time to work on my blog, but I was also looking for things to do in Grand Forks. I didn’t even meet the owners in person. Everyone knows everyone I think my mother-in-law made a call. They said I could start working there when I moved.

Finding an apartment in Grand Forks compared to finding one apartment in New York City—you’ve never seen anything like it. I don’t think we even signed anything. We said we’d take it and we paid the first month’s rent. There was no finding your birth certificate and your Social Security card and wrestling with the landlord and praying and crossing your fingers.

I remember loving all the space we had at our disposal and feeling like we were living in a palace. Knowing we wouldn’t be making any more moves cross-country anytime soon, we could invest in certain pieces. We got a king-size bed instead of the small double I had in Brooklyn.

The worst part is there is no IKEA around here. We really had to go the old-school route and go to Ashley Furniture HomeStore. We also had this super-great 1960s orange flowery couch from Nick’s grandma’s basement, and Nick made some tables out of pieces of wood and a sawhorse.

Molly, a long way from New York City.

Photo: Chantell Quernemoen

About eight months in, we moved into Nick's grandma's former farmhouse. That winter and spring, we did some updates: We took the wallpaper down, we covered up the yellow linoleum floors, and brightened up the place. We moved in that April.

Before I started dating Nick, I always thought that I wanted to end up with somebody that I would be able to be trapped on a desert island with and still have a really good time. And being on a farm in the upper Midwest is like being on a desert island. We’re both really easygoing people it's been great. I think the biggest adjustment was adjusting to his hours as a farmer. But we are both so happy to be here and he is so happy to be working with his dad on the farm.


Molly Yeh's Crazy Transition from Brooklyn Apartment to Minnesota Farm

In New York City, I lived in a brownstone in Boerum Hill with two roommates. I was on the second floor on the first floor we had on open kitchen, and eventually we had a piano. Compared to my old apartment on the Upper West Side, this place was a palace: it was huge, it had big windows, it was sunny. It felt like a home, whereas my apartment on the Upper West Side felt like just a place to sleep at night. But moving out to Brooklyn was the beginning of the end of my time in New York.

For the first time, I had this place to cook and create. A place where I actually wanted to be inside on the weekends. The whole time that I was living in Manhattan and going to school, I just wanted to go out—to restaurants, to concerts and shows—and take advantage of the city. When I got to Brooklyn, I was like, wow, I want to create a home and stay in on my weekends and cook and not go out. The timing was such that I started dating my now-husband, Nick, shortly after I moved there. We were doing things like staying in on a Friday night and ordering Domino’s pizza and watching Netflix and we were like, "Why are we doing this, and so far away from our families and paying New York prices?"

I went home for Passover—this would’ve been in 2013—for a weekend. My mom at that point lived in the suburbs of Chicago. One night, I went over to my friend's house and we just sat on the couch and did our nails and watched TV it was the most chill night ever. It occurred to me this wasn’t something you do in New York. Nick met me at the airport and I remember coming down the escalator and the first words out of my mouth were "I want to leave New York," and the first words out of his mouth were "I want to leave New York, too." That was the first conversation.

One day, we took a train outside the city to go hiking. We were in nature and just feeling really free and relaxed. The entire time we were talking about what our options were and what it would like like if we moved to the farm where he grew up on the Minnesota/North Dakota border. I had all these questions about it: Where would we live? What would our days look like? What’s the town like? Is it like Stars Hollow on Filles Gilmore? And he was like, yes, it basically is.

We went out there in July of that year. I took one look around and I was like, okay, this looks good. One hundred percent meant to be, 100 percent the type of thing we were ready for. At one point we told ourselves, let’s give it another year in New York. Part of that was I didn’t want to quit my job—I loved my job, I loved my bosses. But that’s when the sleepless nights started and I thought, no, I'm not going to give another year.

We went back to New York, but it was within a month that we were driving to Grand Forks. We didn’t want to waste time at that point. It was definitely sad to say goodbye to friends and to my favorite restaurants and stuff, but one huge thing was the internet. I think all the time about how this move would’ve been so different without the internet. That kept me from totally freaking out.

For the first couple of weeks, we lived at Nick’s parents' house, so it wasn't a dire situation. We had his parents there and he was going to be farming. But it was great that I was able to get a job at the bakery in town. I knew in my mind that I would have a lot of time to work on my blog, but I was also looking for things to do in Grand Forks. I didn’t even meet the owners in person. Everyone knows everyone I think my mother-in-law made a call. They said I could start working there when I moved.

Finding an apartment in Grand Forks compared to finding one apartment in New York City—you’ve never seen anything like it. I don’t think we even signed anything. We said we’d take it and we paid the first month’s rent. There was no finding your birth certificate and your Social Security card and wrestling with the landlord and praying and crossing your fingers.

I remember loving all the space we had at our disposal and feeling like we were living in a palace. Knowing we wouldn’t be making any more moves cross-country anytime soon, we could invest in certain pieces. We got a king-size bed instead of the small double I had in Brooklyn.

The worst part is there is no IKEA around here. We really had to go the old-school route and go to Ashley Furniture HomeStore. We also had this super-great 1960s orange flowery couch from Nick’s grandma’s basement, and Nick made some tables out of pieces of wood and a sawhorse.

Molly, a long way from New York City.

Photo: Chantell Quernemoen

About eight months in, we moved into Nick's grandma's former farmhouse. That winter and spring, we did some updates: We took the wallpaper down, we covered up the yellow linoleum floors, and brightened up the place. We moved in that April.

Before I started dating Nick, I always thought that I wanted to end up with somebody that I would be able to be trapped on a desert island with and still have a really good time. And being on a farm in the upper Midwest is like being on a desert island. We’re both really easygoing people it's been great. I think the biggest adjustment was adjusting to his hours as a farmer. But we are both so happy to be here and he is so happy to be working with his dad on the farm.


Molly Yeh's Crazy Transition from Brooklyn Apartment to Minnesota Farm

In New York City, I lived in a brownstone in Boerum Hill with two roommates. I was on the second floor on the first floor we had on open kitchen, and eventually we had a piano. Compared to my old apartment on the Upper West Side, this place was a palace: it was huge, it had big windows, it was sunny. It felt like a home, whereas my apartment on the Upper West Side felt like just a place to sleep at night. But moving out to Brooklyn was the beginning of the end of my time in New York.

For the first time, I had this place to cook and create. A place where I actually wanted to be inside on the weekends. The whole time that I was living in Manhattan and going to school, I just wanted to go out—to restaurants, to concerts and shows—and take advantage of the city. When I got to Brooklyn, I was like, wow, I want to create a home and stay in on my weekends and cook and not go out. The timing was such that I started dating my now-husband, Nick, shortly after I moved there. We were doing things like staying in on a Friday night and ordering Domino’s pizza and watching Netflix and we were like, "Why are we doing this, and so far away from our families and paying New York prices?"

I went home for Passover—this would’ve been in 2013—for a weekend. My mom at that point lived in the suburbs of Chicago. One night, I went over to my friend's house and we just sat on the couch and did our nails and watched TV it was the most chill night ever. It occurred to me this wasn’t something you do in New York. Nick met me at the airport and I remember coming down the escalator and the first words out of my mouth were "I want to leave New York," and the first words out of his mouth were "I want to leave New York, too." That was the first conversation.

One day, we took a train outside the city to go hiking. We were in nature and just feeling really free and relaxed. The entire time we were talking about what our options were and what it would like like if we moved to the farm where he grew up on the Minnesota/North Dakota border. I had all these questions about it: Where would we live? What would our days look like? What’s the town like? Is it like Stars Hollow on Filles Gilmore? And he was like, yes, it basically is.

We went out there in July of that year. I took one look around and I was like, okay, this looks good. One hundred percent meant to be, 100 percent the type of thing we were ready for. At one point we told ourselves, let’s give it another year in New York. Part of that was I didn’t want to quit my job—I loved my job, I loved my bosses. But that’s when the sleepless nights started and I thought, no, I'm not going to give another year.

We went back to New York, but it was within a month that we were driving to Grand Forks. We didn’t want to waste time at that point. It was definitely sad to say goodbye to friends and to my favorite restaurants and stuff, but one huge thing was the internet. I think all the time about how this move would’ve been so different without the internet. That kept me from totally freaking out.

For the first couple of weeks, we lived at Nick’s parents' house, so it wasn't a dire situation. We had his parents there and he was going to be farming. But it was great that I was able to get a job at the bakery in town. I knew in my mind that I would have a lot of time to work on my blog, but I was also looking for things to do in Grand Forks. I didn’t even meet the owners in person. Everyone knows everyone I think my mother-in-law made a call. They said I could start working there when I moved.

Finding an apartment in Grand Forks compared to finding one apartment in New York City—you’ve never seen anything like it. I don’t think we even signed anything. We said we’d take it and we paid the first month’s rent. There was no finding your birth certificate and your Social Security card and wrestling with the landlord and praying and crossing your fingers.

I remember loving all the space we had at our disposal and feeling like we were living in a palace. Knowing we wouldn’t be making any more moves cross-country anytime soon, we could invest in certain pieces. We got a king-size bed instead of the small double I had in Brooklyn.

The worst part is there is no IKEA around here. We really had to go the old-school route and go to Ashley Furniture HomeStore. We also had this super-great 1960s orange flowery couch from Nick’s grandma’s basement, and Nick made some tables out of pieces of wood and a sawhorse.

Molly, a long way from New York City.

Photo: Chantell Quernemoen

About eight months in, we moved into Nick's grandma's former farmhouse. That winter and spring, we did some updates: We took the wallpaper down, we covered up the yellow linoleum floors, and brightened up the place. We moved in that April.

Before I started dating Nick, I always thought that I wanted to end up with somebody that I would be able to be trapped on a desert island with and still have a really good time. And being on a farm in the upper Midwest is like being on a desert island. We’re both really easygoing people it's been great. I think the biggest adjustment was adjusting to his hours as a farmer. But we are both so happy to be here and he is so happy to be working with his dad on the farm.


Molly Yeh's Crazy Transition from Brooklyn Apartment to Minnesota Farm

In New York City, I lived in a brownstone in Boerum Hill with two roommates. I was on the second floor on the first floor we had on open kitchen, and eventually we had a piano. Compared to my old apartment on the Upper West Side, this place was a palace: it was huge, it had big windows, it was sunny. It felt like a home, whereas my apartment on the Upper West Side felt like just a place to sleep at night. But moving out to Brooklyn was the beginning of the end of my time in New York.

For the first time, I had this place to cook and create. A place where I actually wanted to be inside on the weekends. The whole time that I was living in Manhattan and going to school, I just wanted to go out—to restaurants, to concerts and shows—and take advantage of the city. When I got to Brooklyn, I was like, wow, I want to create a home and stay in on my weekends and cook and not go out. The timing was such that I started dating my now-husband, Nick, shortly after I moved there. We were doing things like staying in on a Friday night and ordering Domino’s pizza and watching Netflix and we were like, "Why are we doing this, and so far away from our families and paying New York prices?"

I went home for Passover—this would’ve been in 2013—for a weekend. My mom at that point lived in the suburbs of Chicago. One night, I went over to my friend's house and we just sat on the couch and did our nails and watched TV it was the most chill night ever. It occurred to me this wasn’t something you do in New York. Nick met me at the airport and I remember coming down the escalator and the first words out of my mouth were "I want to leave New York," and the first words out of his mouth were "I want to leave New York, too." That was the first conversation.

One day, we took a train outside the city to go hiking. We were in nature and just feeling really free and relaxed. The entire time we were talking about what our options were and what it would like like if we moved to the farm where he grew up on the Minnesota/North Dakota border. I had all these questions about it: Where would we live? What would our days look like? What’s the town like? Is it like Stars Hollow on Filles Gilmore? And he was like, yes, it basically is.

We went out there in July of that year. I took one look around and I was like, okay, this looks good. One hundred percent meant to be, 100 percent the type of thing we were ready for. At one point we told ourselves, let’s give it another year in New York. Part of that was I didn’t want to quit my job—I loved my job, I loved my bosses. But that’s when the sleepless nights started and I thought, no, I'm not going to give another year.

We went back to New York, but it was within a month that we were driving to Grand Forks. We didn’t want to waste time at that point. It was definitely sad to say goodbye to friends and to my favorite restaurants and stuff, but one huge thing was the internet. I think all the time about how this move would’ve been so different without the internet. That kept me from totally freaking out.

For the first couple of weeks, we lived at Nick’s parents' house, so it wasn't a dire situation. We had his parents there and he was going to be farming. But it was great that I was able to get a job at the bakery in town. I knew in my mind that I would have a lot of time to work on my blog, but I was also looking for things to do in Grand Forks. I didn’t even meet the owners in person. Everyone knows everyone I think my mother-in-law made a call. They said I could start working there when I moved.

Finding an apartment in Grand Forks compared to finding one apartment in New York City—you’ve never seen anything like it. I don’t think we even signed anything. We said we’d take it and we paid the first month’s rent. There was no finding your birth certificate and your Social Security card and wrestling with the landlord and praying and crossing your fingers.

I remember loving all the space we had at our disposal and feeling like we were living in a palace. Knowing we wouldn’t be making any more moves cross-country anytime soon, we could invest in certain pieces. We got a king-size bed instead of the small double I had in Brooklyn.

The worst part is there is no IKEA around here. We really had to go the old-school route and go to Ashley Furniture HomeStore. We also had this super-great 1960s orange flowery couch from Nick’s grandma’s basement, and Nick made some tables out of pieces of wood and a sawhorse.

Molly, a long way from New York City.

Photo: Chantell Quernemoen

About eight months in, we moved into Nick's grandma's former farmhouse. That winter and spring, we did some updates: We took the wallpaper down, we covered up the yellow linoleum floors, and brightened up the place. We moved in that April.

Before I started dating Nick, I always thought that I wanted to end up with somebody that I would be able to be trapped on a desert island with and still have a really good time. And being on a farm in the upper Midwest is like being on a desert island. We’re both really easygoing people it's been great. I think the biggest adjustment was adjusting to his hours as a farmer. But we are both so happy to be here and he is so happy to be working with his dad on the farm.


Molly Yeh's Crazy Transition from Brooklyn Apartment to Minnesota Farm

In New York City, I lived in a brownstone in Boerum Hill with two roommates. I was on the second floor on the first floor we had on open kitchen, and eventually we had a piano. Compared to my old apartment on the Upper West Side, this place was a palace: it was huge, it had big windows, it was sunny. It felt like a home, whereas my apartment on the Upper West Side felt like just a place to sleep at night. But moving out to Brooklyn was the beginning of the end of my time in New York.

For the first time, I had this place to cook and create. A place where I actually wanted to be inside on the weekends. The whole time that I was living in Manhattan and going to school, I just wanted to go out—to restaurants, to concerts and shows—and take advantage of the city. When I got to Brooklyn, I was like, wow, I want to create a home and stay in on my weekends and cook and not go out. The timing was such that I started dating my now-husband, Nick, shortly after I moved there. We were doing things like staying in on a Friday night and ordering Domino’s pizza and watching Netflix and we were like, "Why are we doing this, and so far away from our families and paying New York prices?"

I went home for Passover—this would’ve been in 2013—for a weekend. My mom at that point lived in the suburbs of Chicago. One night, I went over to my friend's house and we just sat on the couch and did our nails and watched TV it was the most chill night ever. It occurred to me this wasn’t something you do in New York. Nick met me at the airport and I remember coming down the escalator and the first words out of my mouth were "I want to leave New York," and the first words out of his mouth were "I want to leave New York, too." That was the first conversation.

One day, we took a train outside the city to go hiking. We were in nature and just feeling really free and relaxed. The entire time we were talking about what our options were and what it would like like if we moved to the farm where he grew up on the Minnesota/North Dakota border. I had all these questions about it: Where would we live? What would our days look like? What’s the town like? Is it like Stars Hollow on Filles Gilmore? And he was like, yes, it basically is.

We went out there in July of that year. I took one look around and I was like, okay, this looks good. One hundred percent meant to be, 100 percent the type of thing we were ready for. At one point we told ourselves, let’s give it another year in New York. Part of that was I didn’t want to quit my job—I loved my job, I loved my bosses. But that’s when the sleepless nights started and I thought, no, I'm not going to give another year.

We went back to New York, but it was within a month that we were driving to Grand Forks. We didn’t want to waste time at that point. It was definitely sad to say goodbye to friends and to my favorite restaurants and stuff, but one huge thing was the internet. I think all the time about how this move would’ve been so different without the internet. That kept me from totally freaking out.

For the first couple of weeks, we lived at Nick’s parents' house, so it wasn't a dire situation. We had his parents there and he was going to be farming. But it was great that I was able to get a job at the bakery in town. I knew in my mind that I would have a lot of time to work on my blog, but I was also looking for things to do in Grand Forks. I didn’t even meet the owners in person. Everyone knows everyone I think my mother-in-law made a call. They said I could start working there when I moved.

Finding an apartment in Grand Forks compared to finding one apartment in New York City—you’ve never seen anything like it. I don’t think we even signed anything. We said we’d take it and we paid the first month’s rent. There was no finding your birth certificate and your Social Security card and wrestling with the landlord and praying and crossing your fingers.

I remember loving all the space we had at our disposal and feeling like we were living in a palace. Knowing we wouldn’t be making any more moves cross-country anytime soon, we could invest in certain pieces. We got a king-size bed instead of the small double I had in Brooklyn.

The worst part is there is no IKEA around here. We really had to go the old-school route and go to Ashley Furniture HomeStore. We also had this super-great 1960s orange flowery couch from Nick’s grandma’s basement, and Nick made some tables out of pieces of wood and a sawhorse.

Molly, a long way from New York City.

Photo: Chantell Quernemoen

About eight months in, we moved into Nick's grandma's former farmhouse. That winter and spring, we did some updates: We took the wallpaper down, we covered up the yellow linoleum floors, and brightened up the place. We moved in that April.

Before I started dating Nick, I always thought that I wanted to end up with somebody that I would be able to be trapped on a desert island with and still have a really good time. And being on a farm in the upper Midwest is like being on a desert island. We’re both really easygoing people it's been great. I think the biggest adjustment was adjusting to his hours as a farmer. But we are both so happy to be here and he is so happy to be working with his dad on the farm.


Voir la vidéo: Nueva York CFA Diapositivas Full


Commentaires:

  1. Noach

    Je veux dire que tu as tort. Entrez, nous discuterons. Écrivez-moi dans PM.

  2. Casimiro

    Félicitations, quels mots ..., pensée brillante

  3. Gulmaran

    Je joins. Tout ce qui précède a dit la vérité. Discutons de cette question. Ici ou en MP.

  4. Mazucage

    très utile!!! L'auteur est juste beau !!!



Écrire un message